Fleuriste Valcourt | Ma St-Valentin - Fleuriste Valcourt
17737
single,single-post,postid-17737,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

Ma St-Valentin

roses rouges

Ma St-Valentin

Patricia Lemire

En ce lendemain de St-Valentin je suis rentré à job en linge mou. Espérant que mes clients ne jugent pas mon leggings, ma voix roque et qu’ils comprendront. En alignant mes yeux qu’ils puissent arrêter de fixer ma tasse de café, je constate l’état désastreux de la boutique.On pourrait croire à un tsunami. Tout à été emporté par la vague et des végétaux presque compostés recouvrent le plancher.

Et là je me demande : comprendront-ils vraiment?

Puis je pense à mon nouveau chéri qui vivait sa première St-Valentin avec LA Fleuriste. Il a rapidement comprit en me voyant la face le soir même qu’il m’écouterait ronfler. Il a constaté que cette fois, sa St-Valentin à lui serait différente de toute celle qu’il a connu avant.

Et là je me demande : comprend-t-il vraiment?

 Puis je pense à ma gentille stagiaire pleine d’illusion. Cette célibataire révolté par la journée des amoureux. Elle se disait que ce travail si merveilleux ferait une belle thérapie pour retrouver la paix avec l’amour.

Comment penser à celles qui se feront passer la bague au doigt quand tes propres doigts sont écorchés au sang, taché de vert dans tous leurs plis et sous tes ongles ?

Et là je me demande : comprend-t-elle vraiment?

Ce qui faut comprendre c’est que la fleuriste, elle, renonce à la soirée romantique. Elle renonce au week-end d’amoureux, aux escapades à deux, aux soupers aux chandelles, aux cadeaux de sous-vêtements affriolant et encore plus à la nuit torride. Son rêve sera de prendre un bain sans s’endormir dedans, enfiler son pyjama de polar et avoir le temps de boire 2 gorgées de son verre de vin avant de tomber dans un profond coma.Tout ça en espérant que personne ne la remarque et ne lui parle rendu chez-elle.

 Si vous croyez que j’exagère sachez que toutes ces fleurs de St-Valentin ne ce sont pas apparues toutes prêtes le matin même.

Toutes les roses ont été manipulées une à une. Chaque épines est enlevées et je vous jure que certaines roses ont plus de caractère que d’autres. Passé 1000 j’arrête de compter, il fait noir, j’ai perdu le décompte et j’ai hâte d’enlever les épines tombées dans mes chaussures et mes sous-vêtements.

 Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que tous les travailleurs de l’usine appellent à l’heure du lunch ce faire préparer quelque chose pour  16 h. La Fleuriste passe toute sa fin de semaine à faire des bouquets parce qu’elle à prévue, elle sait que ça prendra 3 JOURS, pas 3 petites heures, faire les bouquets des prévoyants du midi qui vont arriver à 16 h.

Sachez que votre fleuriste aura peut-être travaillé 56 heures en 4 jours sans manger ni aller aux toilettes. Mais elle pourra se vanter d’avoir contribué à la conception des bébés d’octobre et aux grandes demandes qui se font un genou à terre. Ça vaut le mal de dos à force de pelleter au porte-poussière les feuilles du plancher. Ça vaut les 9 km parcouru en piétinant entre l’atelier et l’avant de la boutique le 14 février.

Ce travail, s’en est un qu’on fait pour l’amour du métier. C’est un rare métier artistique qui existe encore de nos jours. Je suis fière de pouvoir en vivre et suis privilégié de le faire.

C’est ça Ma Valentin…

Comprenez-vous?!

 

Sans commentaire

Laisser un commentaire